Ajournement de la décision sur la santé mentale de Leifer

Une nouvelle décision d'un groupe psychiatrique sur la capacité mentale de l'ancien directeur d'école de Melbourne, Malka Leifer, à subir un procès d'extradition pour faire face à des accusations de maltraitance d'enfants a été reportée à l'année prochaine.

Alors que de nombreux psychiatres ont évalué Leifer au cours de 62 audiences depuis 2014, le tribunal de district de Jérusalem a décidé en septembre qu'un nouveau groupe d'experts serait formé.

La date limite pour leurs conclusions était le 10 décembre, bien que le panel ait maintenant jusqu'au 10 janvier pour rendre sa décision au tribunal.

Le panel psychiatrique n'était apparemment pas au courant de l'audience d'aujourd'hui, la forçant à être reportée au 14 janvier.

Dassi Erlich, l'une des victimes présumées de Leifer, a été scandalisé par les événements en Israël.

"Nous nous sentons malades d'anxiété. (Nous avons passé) trois mois à attendre ce jour", a déclaré Erlich aux médias.

"Qui n'a pas reçu le mémo? C'était intentionnel?"

L'affaire Leifer est devenue très médiatisée en Israël, la majorité des médias couvrant chaque audience.

La défense a également interjeté appel de la nouvelle évaluation psychiatrique, que la Cour suprême de Jérusalem a annulée la semaine dernière.

On ne comprend pas comment le panel d'experts a oublié la date de l'audience.

"Nous ne comprenons pas pourquoi cela se produit, mais cela n'a aucun sens", a ajouté Erlich.

Erlich et ses sœurs, qui se sont battues pour ramener Leifer en Australie pour subir son procès pour 74 chefs d'accusation de viol et d'abus sexuels sur des enfants, sont épuisées par tant de retards et d'attentes "éprouvantes".

«Un autre mois éprouvant pour les nerfs. Est-ce que ça va vraiment aller de l'avant? Erlich a déclaré, sceptique que l'audience aurait lieu en janvier.

Le défenseur des victimes Manny Waks a déclaré à l'AAP que la procédure de mardi était une "farce absolue".

"Nous avons trois courageuses victimes présumées qui continuent de souffrir et qui attendaient avec impatience l'issue d'aujourd'hui et, une fois de plus, on leur a claqué la porte au nez", a déclaré Waks à l'AAP.

"C'est absolument inacceptable, et le système judiciaire israélien a désespérément besoin d'être réformé, cela n'a aucun sens que cette mascarade se poursuive."

Laisser un commentaire