Ces villas de millionnaires attendent leur nouveau propriétaire

«Ce marché est incroyable, je n'ai jamais vu ça!», s'enthousiasme Michaël Zingraf, fondateur du groupe immobilier de luxe qui porte son nom. Et pourtant, cet Allemand est arrivé à Cannes alors qu'il n'avait que 3 ans affiche près de 45 ans de métier puisqu'il a fondé sa première agence sur la Croisette en 1977. Il est vrai que rien ne laissait présager une activité aussi dynamique, surtout sur la Côte d'Azur, le cœur de son réseau de 18 agences qui s'étend aujourd'hui jusqu'à la Suisse et la Normandie.

» LIRE AUSSI – Elon Musk vend sa «dernière» maison à plus de 37 millions de dollars

Sur la Riviera, où les biens luxueux s'attirent une clientèle traditionnellement à 80% étrangère, les restrictions auraient pu avoir des conséquences redoutables. Il n'en a rien été. Certes, la part de la clientèle étrangère à reculé, passant de 80% à 70%. « Avec 30%, les Français restent malgré tout notre première clientèle », tient à préciser Michaël Zingraf. En effet, si elle est globalement très européenne, sa clientèle est très éclectique, venant surtout de la partie nord du continent (Scandinaves, Belges, Allemands…). Ici, comme sur d'autres marchés, le Covid a quelque peu faire évoluer les attentes.

La clientèle envisage de prolonger ses séjours pour faire de son acquisition une deuxième résidence principale. Elle recherche notamment un bureau dans son logement et réclame un grand terrain pour s'isoler des voisins autant que possible. Preuve que les envies et les gros budgets n'ont pas été émoussés. D'ordinaire, le réseau signe, quand tout va bien, 1 grosse transaction par an dépassant les 30 millions d'euros sur la Côte d'Azur. Cette année, il y en a eu deux dont une vente à 33 millions, dans les Parcs de Saint-Tropez.

À voir aussi – Acheter une résidence secondaire et la rentabiliser

Acheter une résidence secondaire et la rentabiliser – Regarder sur Figaro Live

Enclave ultra-luxueuse

Cette enclave ultra-luxueuse où se côtoient les villas pieds dans l'eau de têtes couronnées et de capitaines d'industrie, Eric Raphaël, négociateur chez Michaël Zingraf depuis 17 ans, la connaît bien, lui qui la qualifie de « parc le plus exclusif de la Côte d'Azur ». Il estime qu'il y a ici en permanence 10 à 25 propriétés à vendre. Sur la quinzaine de maisons que l'agence vend à Saint-Tropez, deux ou trois se trouvent ici. Dans ce domaine, les premiers prix non rénovés et sans vue mer, démarrent à 5 ou 6 millions d'euros. Le gros du marché se situe entre 10 et 20 millions, passant de 15 à 30 pour celles qui ont été entièrement refaites, voire 40 à 60 millions pour les plus exclusives.

Dans la mesure où il n'y a pas de possibilité de nouvelles constructions, les villas sont régulièrement remises au goût du jour et s'achètent et se revendent selon l'évolution des goûts du propriétaire. Actuellement, l'enseigne y propose notamment une villa de 470 m² avec 6 chambres, posée sur un vaste parc paysager de 1,3 hectare pour 15 millions d'euros ou encore une villa de 670 m² avec 9 chambres sur 4500 m² pour 20 millions . Le terrain est bien plus petit et il faut rajouter 5 millions, mais avec une superbe vue sur la mer et sur la baie des Canoubiers. Dans des lieux aussi prisés, ces différences se monnaient en millions d'euros.

Saint-Tropez ne se limite évidemment pas à cette seule enclave. Juste en dehors du village, on trouve ainsi à la vente cette surprenante propriété les pieds dans l'eau (voir diaporama). Le terrain plat de 3400 m² sert de décor à un superbe parc paysager mais le plus époustouflant reste la vue de carte postale sur Saint-Tropez qu'offre la vaste pièce de vie avec ses immenses baies vitrées. Ici, on est entouré par la mer, sans parler des terrasses extérieures et du garage à bateaux avec accès direct à la grande bleue. Mais même dans ces villas de millionnaires, la perfection n’est pas forcément de mise. Les acquéreurs devraient valoriser ces incroyables prestations bien plus que le calme absolu puisque la route d'accès à Saint-Tropez longe en partie la propriété. Cela n'empêche pas le promoteur qui en est propriétaire d'être certain de la valeur de son bijou. Il vient de refuser une offre d'achat dépassant légèrement 20 millions d'euros.

Non loin du cœur historique du village, la route de la Belle Isnarde propose d'autres propriétés recherchées. On y trouve notamment cette villa de 675 m² avec 8 chambres disposant chacune de leur salle d'eau affichée à 17 millions d'euros (voir diaporama). Décorée par une architecte d'intérieur, elle offre salle de sport, sauna hammam, salle de cinéma, un ascenseur, deux cuisines… Et bien sûr un magnifique jardin, une piscine de 17 mètres avec son pool-house, un studio de service indépendant ou encore une cuisine extérieure.

La Corniche du paradis et sa vue divine

À côté de Saint-Tropez la fête entre ses plages et sa place des Lices, Cannes attire également une large clientèle. Celle-ci recherche moins l'atmosphère exubérante, mais elle apprécie la Croisette, les plages privées, les boutiques de luxe et les belles tables. La rénovation du Palm Beach et de son quartier crée un nouveau pôle d'attractivité et participe au dynamisme de la ville. Les agents immobiliers cannois se prennent même à rêver qu’une partie de la clientèle du Cap d’Antibes ou de Saint-Jean-Cap-Ferrat commence à se reporter vers Cannes. Si l'on peut discuter des vertus comparées de ces destinations, il est sûr que la rivale cannoise reste moins chère.

Ceux qui ont 24 millions d'euros à dépenser pouvoir jeter leur dévolu sur cette incroyable demeure, située sur la bien nommée Corniche du Paradis (voir diaporama). Si les chemins qui y mènent sont tortueux et parfois semés d'embûche, la vue y est divine. Cet ensemble immobilier constitué de deux maisons avait été construit dans les…

Laisser un commentaire