Des ripoux payés pour tuer un coach de fitness

L'arrestation fortuite de deux hommes de la DGSE (renseignement extérieur) fin juillet 2020 près de Paris, soupçonnés d'être venus assassiner une coach en entreprise, a révélé une série de crimes, perpétrés ou en projet, attribués à une officine, selon des éléments obtenus par l 'AFP. Un opposant congolais au président Denis Sassou Nguesso, le général Ferdinand Mbaou, et un opposant kazakh réfugié politique en France, Moukhtar Abliazov, was been surveillés by this officine, in which will intervenus des militaires de la DGSE, des membres actuels ou passe des forces de l'ordre, des francs-maçons et des acteurs de la sécurité privée.

L’histoire, racontée par plusieurs médias, commence dans une rue de Créteil, dans la banlieue de Paris. Au petit matin, un fleuve s’étonne de voir deux hommes simulant une somme à l’avant d’une Clio trafiquée. Il appelle la police. Interpellés, Pierre B. et Carl E. se révèlent être des militaires affectés au Centre parachutiste d’entraînement spécialisé, situé à Saran (centre), un site qui dépend de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE). Ils effectuent une mission «clandestine» de renseignement pour la Direction des opérations de la DGSE, ciblant Marie-Hélène Dini, figure du milieu du coaching en entreprise. Mais ils nient il s’agissait de la tuer.

«Coaching» et «Mossad»

Pierre B. et Carl E. l’avait pour mission d’arrêter ses «activités anti-étatiques» liées au Mossad, les renseignements israéliens. Dans leur voiture, pistolet 9 mm chargé, munitions, gants, bouchons d’oreilles antibruit … Ils mettent en vedette les enquêteurs sur la piste de Sébastien L., agent de protection rapprochée dans le privé depuis 2011, rapidement interpellé. Devant la Brigade criminelle, lui aussi nie que le projet visait à assassiner Marie-Hélène Dini. Mais présenté à un juge et mis en examen, Sébastien L. reconnaît avoir mandaté l’un des deux militaires pour tuer la «coach».

L’homme a rencontré les enquêteurs sur deux nouvelles pistes: d’abord un membre de la DGSI (renseignement intérieur) qui l’accuse d’avoir «actionné» les deux interpellés à Créteil. Surtout, Sébastien L. évoque un commanditaire surnommé «le vieux». De qui s’agit-il? Marie-Hélène Dini évoque quelques rivaux – dont un certain Jean-Luc B. – échaudés par sa volonté de développer une certification pour le coaching.

Rivalité en affaires

Tout bascule mi-janvier, lors d'une audition de la compagne de Sébastien L.: «Les policiers fouinassent dans son téléphone, et tombent sur un nom déjà apparu dans la procédure, Daniel B.», un ancien de la DCRI (ex -DGSI) à la retraite, raconte une source proche du dossier. La jeune femme l’identifiée comme le donneur d’ordres de son compagnon. Devant les enquêteurs, Daniel B. reconnaît avoir remis à Sébastien L. les contrats ciblés Marie-Hélène Dini, et explique qu'il l'a fait sur demande d'un nouveau suspect, Frédéric V .. Daniel B. renforce la piste de la rivalité en affaires en citant celui que Marie-Hélène Dini a mentionné comme rival, Jean-Luc B., comme possible commanditaire.

L’histoire prend alors un tournant exceptionnel: Daniel B. «leur raconte tout, ce qu’ils veulent savoir et bien plus encore», selon cette source. Il évoque le projet d'assassinat d'un «syndicaliste gênant» de la CGT à Bourg-en-Bresse (sud-est), mais surtout l'assassinat en 2019, confié à Sébastien L. et abouti cette fois, de Laurent Pasquali . Les juges d’instruction parisiens récupèrent début février le dossier de ce pilote de rallye, dont le corps enterré avait été découvert par un promeneur dans une forêt en septembre 2019, neuf mois après sa disparition.

Pistes à explorer

Un couple d’amateurs de voiture, créanciers de Pasquali, est mis en cause pour avoir mandaté l’officine. Frédéric V., ancien journaliste reconverti dans la sécurité privée qui a rencontré Daniel B. au sein d'une loge maçonnique de la région parisienne, est interpellé. Celui que tous désignent comme central dans la cellule criminelle confirme que la mission sur Marie-Hélène Dini lui vient de Jean-Luc B., également franc-maçon. Et Frédéric V. accrédite aussi l’existence de projets visant le syndicaliste de l’Ain et le pilote de rallye. Interpellé, Jean-Luc B. reconnaît avoir demandé d’assassiner Marie-Hélène Dini.

Les principaux intervenants dans cette série de projets, Frédéric V., Daniel B. et Sébastien L., semblent désormais avoir été identifiés. À ce jour, au moins douze personnes sont mises en examen. Mais alors que le dossier «Dini» semble désormais bien éclairci, les différentes séries d’aveux ont mis les enquêteurs sur bien d’autres pistes, parmi lesquels un éventuel nouvel assassinat, un projet criminel visant un maire de la région parisienne.

(L'essentiel / afp)

Laisser un commentaire