Fitness: l’émergence des concepts d’électrostimulation

Sur un marché de fitness qui a grandi et qui a continué d’attirer de nouveaux adeptes, de nouvelles tendances, de nouvelles conceptions sur l’électro-myo-stimulation.

Une séance de 20 à 25 minutes par semaine est suffisante pour répondre aux attentes des clients.

Depuis les années les concepts de remise en forme ont le vent en poupe. Cela se traduit en particulier par la multiplication des enseignes. Au-delà de l'offre commune de base (cardio-training, appareils de renforcement, cours de vélo, étirements…), ils se passaient pour satisfaire toutes les attentes et toutes les bourses. This is as it the haut-of-gamme, the rooms to the ambiance décontractée, the center pratiquant of the low cost, the concepts available in the charge of the problem of health, or again. et la musculation. Mais depuis deux, trois ans une nouvelle tendance est maintenant apparue: la technologie de l’électrostimulation.

Quid de l’EMS?

L’électrostimulation ou électro-myo-stimulation (EMS) n’est pas à proprement parler une nouvelle technologie. Mais elle était jusque-là essentiellement réservée aux sportifs de haut niveau ainsi à tous les spécialistes de la santé, for need of reéducation par exemple. Ce qui est récent c’est l’apparition des studios l’EMS à tous les types d’utilisateurs, et en particulier les personnes qui n’ont pas passé le temps, la motivation ou la rigueur de la régularité du sport en salle. Brefs ces nouveaux concepts entendent apporter une nouvelle réponse aux défis de la vie moderne: manque de temps, manque d’activité physique, surpoids, stress, fatigue, douleurs dorsales…

Concrètement, le client est relié à une machine et comprenant 8 à 10 paires d’électrodes. Les légères impulsions électriques Envoyés favoris des contractions de plusieurs zones musculaires simultanément: dorsaux, fessiers, pectoraux, etc. Un avatar sur machine guide les exercices, mais un entraîneur est présent qui montre et corrige les mouvements d'une contraction active, optimise les postures. Les séances ont lieu dans les studios fonctionnels, où l’on prête une attention particulière à l’accueil et à la propreté. Chaque séance équivaudrait, en termes de travail musculaire et selon les intervenants du secteur, à plusieurs heures de sport traditionnel.

Dans la plupart des concepts, les appareils d'entraînement usagés sont ceux de la marque allemande Miha Bodytec, déjà présente dans plus de 150 centres en France et 2 000 dans le monde (centres de remise en forme, salles de sport, spa, cabinets de kinésithérapie, etc.). Leur utilisation permet de solliciter en profondeur l’ensemble des muscles du corps, y compris ceux qui ne sont pas stimulés lors d’activités physiques classiques. Son système permet d’adapter l’entraînement à la condition physique du client et à ses objectifs et à l’association des exercices de renforcement musculaire et de l’électrostimulation intégrale. Sur-base of this material, anti-jetlag, rééducation, body-minceur, post-accouchement pratiques de nombreuses disciplines (football, tennis, golf, course à pied, vélo, natation, ski, etc.).

Une floraison de concepts

L’électrostimulation en salle est facilement duplicable, elle est l’apparition presque simultanée de nombreux enseignes, qui se développe en franchise ou marque de commerce.

Développé en licence de marque, XBody est le plus ancien concept du secteur. Il n'a pas encore fait son apparition à partir de 2014. Il est également présent dans les studios de fitness indépendants. Sport d'action a été créé en 2016. Après avoir éprouvé son modèle économique dans une unité pilote, son réseau s'est ouvert à la franchise en mars 2018. Il a aujourd'hui près de 25 implantations et recherche, pour poursuivre son expansion, des partenaires ayant for interest-the-well-the-sport-and-the-power-the-fibre-business, business-and-the-general-power. Pour affirmer son ambition, Sport d'action a adhéré à la Fédération française de la franchise en mars dernier. «Nous nous adressons à tout le monde, aux sportifs confirmés comme aux seniors, qui représentent 20% de notre clientèle », explique Nicolas Roussev, co-fondateur du concept. Dans chaque studio on trouve un bar, des vestiaires et des douches haut de gamme, des produits de soins Clarins, et une équipe motivée et spécialisée (tous diplômés d'État, les entraîneurs sont formés, pendant deux mois, à l'école Action Sport ).

De son côté, Mon big bang a rodé son concept dans ses trois studios parisiens avant de signer son premier contrat de franchise cette année. Le réseau annonce aujourd'hui huit implantations. Bodyfit en fer a ouvert son premier club en 2015 et a démarré la franchise en 2016. Avant d'ouvrir leur centre, les franchisés avant la formation initiale de huit jours. L’affaire regroupe à ce jour une quarantaine de studios. Quant à la chaîne Bodyhit, elle se développe depuis le début de l’année 2018, après avoir vu le jour plus tôt. Elle fédère désormais 25 clubs, essentiellement implantés en Île-de-France. À signaler enfin la chaîne d'origine allemande Rue du corps (environ 290 studios en activité en Allemagne et en Autriche, mais aussi en Italie, en Grande-Bretagne, ainsi depuis, dernier aux Etats-Unis et en Tanzanie), qui recherche un maître franchisé pour développer son concept sur le territoire français.

Des investissements réduits

Les différents concepts s’adressent à un public à la recherche d’une solution de remise en forme, mais qui, pour diverses raisons (manque de …

Laisser un commentaire