Flers. Le masque sportif, la solution miracle pour une réouverture des

Florian Grande, patron de la salle SF FItness à Flers, ne sait pas si le masque sportif suffit pour permettre la réouverture des salles de sport. (© L'Orne Combattante)

Ils font partie de ces activités qui n’ont jamais pu reprendre, malgré la fin du confinement. Une cause de la crise sanitaire de la Covid-19, les salles de sport de Flers (Orne), SF Fitness et L’Orange bleue, restent fermées.

Mais depuis quelques semaines, l’arrivée de masques sportifs est évoquée comme une solution possible pour une réouverture des salles de sports. Une solution qui ne convainc pas complètement les patrons des salles de sport flériens

«Je ne suis pas sûr qu’ils l’acceptent»

Propriétaire de la salle SF Fitness depuis le 1er juillet 2020, Florian Grande n’a connu que quatre mois d’ouverture de salle.

S’il continue de proposer 15 cours par semaine en visioconférence, «pour maintenir le lien avec les adhérents», il le fait bénévolement, et espère donc une réouverture le plus rapidement possible.

Le masque sportif comme solution pour la réouverture, il en entend parler depuis plusieurs semaines, et son avis est partagé entre le passionné de sport, et le gérant:

«Personnellement je serais heureux que le masque permette la réouverture des salles. J’ai acheté cette salle pour ouvrir, travailler, voir des gens et m’éclater. Mais il y a aussi le point de vue du gérant. J’ai la chance d’avoir le droit à des aides, qui me permet de survivre. Mais les Flériens sont des Normands, et comme je le suis aussi, je sais qu’ils sont têtus. Alors si un masque est imposé, je ne suis pas sûr qu’ils l’acceptent, et si c’est pour ouvrir avec 50% d’adhérents, je m’amuserais, mais je ne tiendrais pas longtemps. C’est sûr que le masque représente un coût en plus, mais s’il faut ça pour ouvrir, fonçons! »


Une incohérence

Pour autant, Florian Grande estime aussi qu'il serait possible de rouvrir dans de bonnes conditions sanitaires, sans le masque:

Pour moi, ce qui est illogique, c’est que tout le reste soit ouvert. Sanitairement, je pense que l'on peut réussir à ouvrir en faisant quelque chose de correct sans le masque. J’ai un espace de 700 m2 d’activité, les gens peuvent faire leur sport sans être les uns sur les autres.

Florian GrandePropriétaire de la salle de sport SF Fitness

Il comprend cependant que certains «peuvent avoir peur de venir, et qu’on ait fait fermer les salles de sport. »

«On ne vit pas, on survit»

Si ses adhérents lui ont régulièrement demandé la question, Florian Grande n’a pas d’information sur une date possible de réouverture. Heureusement pour lui, au lancement de son activité, il a été bien conseillé par ses comptables:

Ils m’ont conseillé de mettre de la trésorerie de côté dès le début, alors que moi j’étais plutôt pour faire des travaux tout de suite. Heureusement que j’ai suivi ce conseil, car sinon ce serait déjà fini, mais tous les mois c’est compliqué. On ne vit pas, on survit.

Florian Grande

Florian Grande reste tout de même positif, et affirme que certains professionnels de son milieu sont dans des situations pires que lui. Pendant cette pause forcée, il fait quelques travaux dans sa salle, dont notamment la peinture magnifique d’un Broly, personnage issu de l’univers de Dragon Ball Z.

La réouverture, une urgence

Emmanuel Philippe, patron de L'Orange Bleue à Flers, assiste à la réouverture avec impatience. Photo d'archives.
Emmanuel Philippe, patron de L'Orange bleue à Flers, assiste à la réouverture avec impatience. Photo d’archives. (© L'Orne Combattante)

Ce qui l’anime, c’est l’idée qu’un jour, il pourra de nouveau ouvrir. «J’ai hâte de revoir mes adhérents, ça me manque vraiment. C’est une passion de métier, on n’y arrive pas par hasard, alors quand on ne peut pas l’exercer, moralement c’est dur. »

Emmanuel Philippe, à la tête de L’Orange bleue depuis le 1er janvier 2020, espère aussi pouvoir ouvrir au plus vite:

Cela devient urgent financièrement et moralement pour les équipes. Surtout dans notre cadre de reprise récente, c’est encore plus urgent.

Emmanuel PhilippePropriétaire de la salle de sport L'Orange Bleue

Comme Florian Grande, il ne voit pas dans le masque sportif une solution miracle: «A priori, ce ne serait pas un critère de réouverture pour le gouvernement. Ce sera peut-être une solution, mais pas la solution. Et à part en cherchant de notre côté, sur un plus d’informations. »

«C’est vraiment un casse-tête»

Il ne s’imagine pas ouvrir avec des sportifs masqués, même s’il sait qu’il n’aura sûrement pas le choix:

Clairement je n’arrive pas à moi l’imaginer. C’est vraiment un casse-tête cette histoire. Je pense vraiment qu’on n’aura pas le choix, mais est-ce que c’est optimiser une séance de porter un masque, je ne pense pas.

Emmanuel Philippe

En attendant de retrouver ses adhérents, il continue avec ses équipes de maintenir le lien, même si ce n'est pas aussi fort qu'en présentiel: «On propose toujours trois cours collectifs accessibles à tous et à nos adhérents sur Facebook. Sur une plateforme collective aussi pour les adhérents, avec des cours collectifs qui sont ajoutés quotidiennement, et sur organiser quatre live par semaine. Mais la convivialité et la motivation qu'il peut y avoir en présentiel sont absentes. Ce n’est jamais aussi motivant que d’avoir votre coach en face et qui vous transmet quelque chose, ça ne peut pas passer par la caméra. »


En espérant que la réouverture se fasse de la manière la plus rapide possible.

Laisser un commentaire