La CSU ROTC inaugure la nouvelle étude sur l'entraînement physique de l'armée – The Rocky Mountain

Le test d'aptitude physique de l'armée a permis de tester l'état de préparation au combat. Maintenant, avec les changements intervenant dans le test, le programme Army ROTC de l’Université du Colorado State a lancé une nouvelle étude évaluant le meilleur entraînement de forme physique pour ce test.

Le test original des pompes, des situps et une course de 3 km seront remplacés par un test à six épreuves qui se concentrera sur davantage de composantes de la condition physique, a déclaré l'instructeur militaire en sciences militaires Al Armonda.

"C’est formidable pour évaluer l’aptitude initiale des militaires qui entrent dans l’armée, mais cela n’a pas été une évaluation précise de l’aptitude au combat", a déclaré Armonda. «Conscients de cela, les militaires ont décidé de remplacer le test des trois épreuves par un test des six épreuves permettant de mesurer davantage de composants de la condition physique.»

Ces composants comprennent la force, la puissance, l'endurance, les capacités fondamentales, la force aérobie et anaérobie. Le test initial ne mesurait que l'endurance, a déclaré Armonda.

Publicité

"Ce sont les mêmes choses que les soldats et les officiers auront besoin dans un cadre de combat ou une situation de combat", a déclaré Armonda. Des exemples de tels réglages sont le sauvetage d'un camarade ou le franchissement d'obstacles pour affronter un ennemi.

Un autre grand changement est que le test sera neutre du point de vue du sexe et de l'âge.

"Il n’ya aucun avantage à être une fille qui doit faire 18 pompes pour réussir le test au lieu des 40 que font les hommes", a déclaré le cadet Ren Pretkelis.

Armonda a déclaré qu'il aimait ce changement car le combat est également neutre en termes d'âge et de genre.

Le soutien que nous avons reçu de la part de la communauté et son intérêt pour quelque chose d'aussi simple qu'un test de condition physique sont très utiles pour nous en tant qu'organisation et nous sommes heureux de pouvoir raconter notre histoire. " -Lt. Le colonel Troy Thomas

Armonda et d'autres membres du programme ROTC de l'armée collaborent avec le département de la santé et des sciences de l'exercice et le Laboratoire de recherche clinique sur la performance humaine pour développer le meilleur protocole d'instruction pour préparer les cadets à l'examen.

Le lieutenant-colonel Troy Thomas, un autre instructeur de sciences militaires, a déclaré que l'environnement universitaire ne permet que trois heures par semaine de formation avec les cadets.

La genèse de l'étude est venue du programme ROTC qui cherchait le meilleur moyen d'utiliser ce temps et de comprimer la formation pour obtenir les meilleurs résultats, a déclaré Thomas.

«Le retour sur investissement, c'est qu'une fois que nous avons déterminé et optimisé cet entraînement, nous pouvons le prendre et aider d'autres programmes qui se trouvent dans la même situation», a déclaré Thomas. "Cela inclut d'autres programmes ROTC à travers le pays et d'autres organisations similaires qui ont besoin de remise en forme mais qui ont un temps d'entraînement limité."

Thomas a déclaré que les premiers répondants sont un exemple de groupe pouvant bénéficier des résultats de l'étude, car ils disposent également d'un temps d'entraînement limité pour des choses comme la force et l'agilité.

«L’Université a pris beaucoup de temps pour nous aider pour de nombreuses organisations à travers le pays et le campus», a déclaré Thomas.

Armonda a déclaré que la population étudiante en général bénéficierait également des résultats de l'étude, car elle pourrait intégrer le programme à son calendrier académique chargé.

Pretkelis a déclaré que cette étude serait le premier programme à implémenter des données scientifiques pour voir quels protocoles d'entraînement fonctionnent réellement.

L’étude débutera par les mesures physiologiques de 60 cadets, qui seront divisées en trois groupes de 20, a déclaré Armonda. L'étude évaluera ensuite trois protocoles différents l'un contre l'autre au cours d'une période de 12 semaines.

«À la fin de l’étude, nous aurons un test de référence pour voir à quel point nous nous sommes améliorés», a déclaré Armonda.

Lors d'un essai pilote mené plus tôt cette année, les cadets et leurs cohortes ont pu constater quels types de résultats et d'améliorations pourraient découler de l'étude officielle.

Pretkelis a déclaré que les programmes d'entraînement de l'étude étaient différents de ce que lui et ses cohortes ont fait par le passé.

«Ce sont des programmes qui impliquent beaucoup plus de force que d’endurance et beaucoup de cadets ne s’étaient pas entraînés du tout», a déclaré Pretkelis. "L'étude vise à améliorer la force et les connaissances sur la meilleure façon de s'améliorer."

Maureen Eggleston, une cadette et étudiante au CSU, a déclaré que l'étude et le programme ne seraient pas aussi efficaces sans le travail ardu de personnes comme Armonda et Thomas.

«Ils font de nous le meilleur que nous puissions être en tant qu'étudiants ici à la CSU, en tant que cadets et en tant que futurs chefs militaires», a déclaré Eggleston. "Nous respectons et apprécions grandement ce qu’ils ont fait pour nous."

Thomas partageait la gratitude pour l’intérêt manifesté par tous pour aider le programme à atteindre ce point.

«Cela montre l’importance que les gens attachent à cela et la confiance en nos cadets et en nos forces militaires est rafraîchissante», a déclaré Thomas. «Le soutien que nous avons reçu de la communauté et son intérêt pour quelque chose d'aussi simple qu'un test de condition physique sont très utiles pour nous en tant qu'organisation et nous sommes heureux de pouvoir raconter notre histoire."

Les étudiants intéressés par le programme d’études peuvent contacter le responsable des opérations de recrutement, Peter Bleich, pour obtenir de plus amples informations.

On peut joindre Charlotte Lang à news@collegian.com ou sur Twitter @chartrickwrites.

Politique de commentaire: Le collégien des Rocheuses encourage la discussion et le discours dans notre section de commentaires, mais nous nous réservons le droit de modérer et d'interdire les utilisateurs pour les comportements suivants:

  1. Des propos haineux ou des insultes fondées sur la race, le sexe, l'orientation sexuelle, la religion ou la conviction.
  2. Ad hominem (attaques personnelles) contre un autre commentateur ou écrivain.
  3. Prosélytisme (essayer de convertir les autres à votre religion) ou de la publicité de votre religion ou d’attaquer quelqu'un pour le leur.
  4. Doxing (affichage de l'adresse de quelqu'un ou d'informations personnelles) pour intimider un écrivain ou un autre intervenant.
  5. Spamming notre site Web avec des offres promotionnelles ou des liens vers d'autres sites.
  6. Conversations hors sujet ne se rapportant pas à l'article ou au contenu.
Publicité

faites de la publicité avec nous

Laisser un commentaire