La peur de faire du travail – Zen Habitudes

Par Leo Babauta
L’une des craintes les plus courantes de quiconque crée quelque chose, qu’il s’agisse de contenu en ligne ou d’art, d’une nouvelle entreprise ou d’une start-up… est la peur de diffuser notre travail dans le monde.
C'est une peur qui nous fait tergiverser, faire des recherches sans fin, consulter les réseaux sociaux, répondre aux e-mails, acheter des livres sur le sujet, écouter des podcasts et regarder des vidéos Youtube, nettoyer notre cuisine, décider que l'ordinateur portable a besoin d'un bon nettoyage… sans fin!
Aucune de ces choses n'est mauvaise ou mauvaise – elles sont si humaines! Mais c’est une peur à laquelle nous devons faire face à un moment donné si nous voulons un jour avoir un impact sur le monde.
J'adorerais partager comment je travaille avec cette peur – je le fais depuis des décennies maintenant!
Le bref résumé:
J'ai un test décisif: si je ne crée pas ou ne mets pas la création au monde, il y a de fortes chances que je procrastine. (Il y a des exceptions bien sûr.) Si j'évite, alors je crée un espace pour faire face à la peur, je la crée et je la mets là-bas. Ensuite, j'y fais face. Et jouez avec. Et apprenez à l'apprécier! Je vais approfondir ce sujet ci-dessous…
Le cœur de notre peur
Qu'y a-t-il de si effrayant à mettre notre travail au monde? Eh bien, nous ne savons pas comment il sera reçu par d’autres personnes – il est plein d’incertitude, et nous n’aimons pas cette incertitude.
Ils pourraient nous juger, rejeter cela comme n'ayant aucune valeur, penser que nous sommes stupides. Nous nous sentirons embarrassés ou rejetés. Cette incertitude est trop lourde à supporter pour de nombreuses personnes.
Et pourtant, aussi compréhensible que cela soit, cette peur fermera la possibilité d'avoir un impact sur le monde. Laissons nos cœurs être brisés par cette possibilité d’arrêter.
Et connectons-nous à l’impact que nous aimerions avoir – aimerions-nous émouvoir le cœur des gens, changer la vie des gens, ouvrir les yeux sur quelque chose de nouveau? Que c'est délicieux!
Faire face à l'évitement
Pour faire face à notre peur et à ce que nous évitons… nous devons savoir que nous évitons. Alors, la première chose que je fais est de me demander: «Est-ce que je crée en ce moment, ou mets-je mon travail au monde?» Sinon, il y a de bonnes chances que j'évite par peur.
Il y a des exceptions apparentes bien sûr: la collaboration avec d'autres dans des réunions d'équipe (je dirais que c'est la création), le coaching (c'est à la fois créer et diffuser mon travail), la recherche (mais gardez-le au strict minimum, la plupart des gens tergiversent en recherchant davantage que nécessaire). Nous devons également faire du travail d’administration et des courriels – mais si je n’ai pas créé aujourd'hui, je sais que je laisse ma journée se remplir de tâches administratives plutôt que de me concentrer sur ce qui compte.
Donc, une fois que nous voyons que nous évitons de créer et de le diffuser… cela aide à créer une structure pour faire face à la peur.
Si vous évitez de créer: organisez une session quotidienne pour ressentir la peur, puis créez. Pas de recherche, mais de création. Faites-le lors d'un appel vidéo avec d'autres personnes, si cela vous aide, ou créez un groupe de responsabilité.
Si vous créez mais évitez de le diffuser: engagez-vous à le faire par petites étapes. Par exemple, envoyez-le à un groupe de personnes en qui vous avez confiance. Lorsque cela devient facile, envoyez-le à un plus grand groupe. Ensuite, mettez-le dans d'autres communautés.
Travaillez sur le muscle de la création et mettez-le régulièrement. Tous les jours.
Rejoignez-moi dans mon programme de formation Fearless si c'est le genre de formation que vous aimeriez faire. Faisons ensemble un impact.

Laisser un commentaire