Le centre de loisirs et de bien-être continue d'offrir du fitness en plein air

Les étudiants se sont aventurés hors du campus pour accéder à des équipements d'entraînement en salle, ce qui concerne certains membres de la communauté Vanderbilt.

Truman McDaniel

Le centre de loisirs et de bien-être David Williams II est utilisé comme lieu de test COVID-19. (Hustler Multimedia / Truman McDaniel)

Le centre de loisirs et de bien-être David Williams II (le Rec) continue d'offrir des cours de conditionnement physique en plein air pour dix élèves ou moins, avec inscription à l'avance et éloignement social.

Cours offerts comprennent actuellement le conditionnement du corps, le camp d'entraînement, le pilates, le yoga, le cyclisme en plein air et la Zumba. Les sports de club ont également été pratiqués en plein air au Rec. Les étudiants ne peuvent actuellement accéder aux installations ou équipements intérieurs du Rec.

Le directeur du centre de loisirs et de bien-être, Kenny Moore, a déclaré par courrier électronique que le REC avait ajouté des cours et embauchait davantage d'instructeurs, y compris des étudiants qualifiés de Vanderbilt, pour offrir aux étudiants la possibilité de faire de l'exercice en toute sécurité.

«Nous élaborons toujours des plans pour rouvrir les installations intérieures du Vandy Rec», a déclaré Moore.

Moore a déclaré que le personnel de la recherche continue d'explorer des moyens potentiels d'aider les élèves à faire de l'exercice en toute sécurité, tout en Protocoles COVID-19 de Vanderbilt.

Lors du cours de cyclisme en plein air de 45 minutes le soir du 15 octobre, quatre étudiants étaient présents, chacun sur un vélo espacé d'environ 10 pieds. L'instructeur s'est assuré que tout le monde portait des masques jusqu'à ce qu'ils fassent du vélo sur leur vélo, moment auquel les masques pouvaient être retirés. Immédiatement après le cours, l'instructeur a distribué des lingettes désinfectantes pour l'équipement.

En septembre, Kevin Hou, étudiant en deuxième année, a lancé une pétition appelant à la réouverture de la Rec. Il a depuis partiellement rouvert mais n'offre toujours pas d'accès aux installations ou équipements intérieurs.

La pétition soutient que de nombreux étudiants se tournent vers l'exercice comme stratégie d'adaptation en matière de santé mentale, et sans accès au cardio et aux autres équipements d'entraînement de la Rec, il pourrait y avoir des «centaines d'étudiants» qui paient des frais élevés pour aller aux gymnases hors campus et mettre tout le Vanderbilt. campus à risque d'exposition au COVID-19.

"En ouvrant le Rec, nous pouvons réduire considérablement le risque d'exposition au COVID-19", a déclaré Hou dans un message à The Hustler. «L'université peut prendre des mesures de sécurité que les gymnases hors campus ne peuvent pas se permettre, comme déplacer l'équipement d'entraînement à l'extérieur, limiter la fréquentation aux seuls étudiants et professeurs de Vanderbilt, nettoyer régulièrement, masquer les mandats et limiter le nombre de personnes dans une zone en même temps. "

Jacob Smith, un ami de deuxième année de Hou, a également commenté le raisonnement derrière la pétition.

"Je ne serais pas du tout surpris si une épidémie commençait par un étudiant se rendant dans l'un des gymnases environnants dont les" règles "sont super détendues", a déclaré Smith.

Moore a déclaré que le Rec s'est engagé à trouver des moyens plus sûrs pour les étudiants d'utiliser leurs ressources.

«Nous comprenons l’importance de l’activité physique pour la santé mentale et le bien-être des élèves», a déclaré Moore.

Laisser un commentaire