Le conseiller lance un effort ultime pour sauver la forme physique dans le centre-ville

CALGARY (660 NEWS) – Un conseiller de Calgary souhaite faire tout ce qui est en son pouvoir pour éviter deux victimes de la crise budgétaire à laquelle la ville est confrontée.

Le centre de remise en forme Beltline et la piscine Inglewood devraient fermer le 31 décembre, en raison de la faible fréquentation et de la hausse des coûts.

La ville estime que la fermeture des installations leur permettra d’économiser environ 800 000 dollars par an. Toutefois, l’entretien des bâtiments coûtera encore 400 000 dollars, même s’ils ne sont pas ouverts au public.

«Ce qui me paraît fou cher», a déclaré la mairesse Naheed Nenshi le 5 novembre.

Mais avec la clôture de la semaine budgétaire, le conseiller Jeremy Farkas, du quartier 11, pense pouvoir adopter une approche multidimensionnelle pour les maintenir accessibles aux résidents des quartiers défavorisés.

"Nous devons trouver des moyens d'augmenter le nombre de visites par la porte", a déclaré Farkas.

Le conseiller a déclaré que d'autres représentants de la région lui avaient apporté leur soutien pour examiner trois choses: développer le marketing, ajuster les heures d'ouverture et introduire une légère augmentation des taux d'admission.

En ce qui concerne le premier facteur, Farkas pense que l'un des problèmes est que beaucoup de personnes vivant à Beltline ou à Inglewood oublient simplement que ces installations existent.

«Il y a beaucoup de gens qui vivent dans la région et qui n’ignorent pas qu’il y a une piscine et un centre de fitness. La première chose à faire sera de le sensibiliser.

En ajustant certaines heures, Farkas a expliqué que cela pourrait signifier une réduction du temps d’ouverture des installations, mais c’est mieux que la fermeture complète de celles-ci.

Enfin, comme les centres sont beaucoup plus abordables que d’autres lieux tels que le centre Repsol, il pense pouvoir augmenter légèrement les tarifs.

«Ce que nos résidents nous ont dit, c’est qu’ils sont prêts à accepter une augmentation, dans la mesure où cela reste compétitif par rapport aux autres installations.»

Une autre pièce du puzzle, à plus long terme, consiste à obtenir l’aide des partenaires de la communauté en gérant certains des services sur les sites afin de réduire davantage la pression sur la ville.

"J'achète juste un peu plus de temps pour voir le nombre d'utilisations possibles, puis idéalement dans mon esprit, je passe à un modèle où c'est un tiers qui fournit les services – pas nécessairement la ville", a ajouté Farkas.

Lors de la première journée de discussions sur le budget lundi, plusieurs personnes ont expliqué au conseil que la fermeture du centre de remise en forme Beltline aurait un impact sur leur vie, notamment la suppression d'un lieu pratique et abordable pour que leurs enfants passent du temps et fassent de l'activité physique.

Laisser un commentaire