Le maire Labeaume vitriolique envers le Mega Fitness Gym

Dans une entrevue à l’émission Deux hommes en or, vendredi soir, le maire de Québec, Régis Labeaume, a tiré à boulets rouges contre le propriétaire du Mega Fitness Gym, Dan Marino, «un grand génie», dixit l'élu, «explique responsable» de la déferlante de COVID qui frappe présentement la capitale.





© Carl Boivin / Radio-Canada
Le maire de Québec, Régis Labeaume

«Dans toute calamité dans l’histoire du monde, il y a toujours des boucs émissaires que l’on cherche», Un philosophe Régis Labeaume en entrevue avec Pierre-Yves Lord. «Mais c’est, des sources d’éclosion comme le bar Kirouac ou ce gym-là, à la vitesse où se propage ce virus-là, ils doivent accepter une très grande faute.»

Vendredi en fin de journée, la santé publique régionale a précisé que l’éclosion au Mega Fitness Gym avait maintenant mené à l’infection de 147 personnes, en plus d’avoir métastasé dans une vingtaine de milieux de travail.

L’éclosion du bar Kirouac, à l’automne, avait infecté plus de 80 personnes. L’établissement a annoncé sa fermeture définitive, plus tôt cette semaine.

Selon le maire de Québec, autant le Mega Fitness Gym que le Kirouac «sont bien chanceux qu’au point de vue légal, la loi ne peut pas les rejoindre».

«C’est une décision que vous prenez», Affirme le maire,«de ne pas appliquer les mesures sanitaires. La conséquence, c’est que vous rendez du monde malade et proposé, il y en a qui meurent.»

Vidéo: Grand consensus autour de la protection du français (Le Devoir)

Grand consensus autour de la protection du français

Cliquez ici pour agrandir

VIDÉO SUIVANTE

VIDÉO SUIVANTE

Dans un message publié sur Facebook vendredi matin, le propriétaire du gymnase a écrit avoir respecté toutes les mesures sanitaires exigées par la santé publique. Plusieurs clients ont déclaré à Radio-Canada que les manquements étaient, au contraire, monnaie courante.

«On ne le croit pas», A indiqué l’élu.

Retour au travail des fonctionnaires

Le maire Labeaume réservait quelques flèches aux leaders syndicaux, qui reprochent à l’administration municipale de forcer le retour au travail en présentiel.

«Sur un à peu près 1700 personnes qui sont en télétravail. Tous ceux et celles qui peuvent faire le travail en télétravail, le font», A indiqué le maire. «La seule différence, c’est que nous, on est un service public.»

Il a accusé les chefs syndicaux d’être déconnectés de la souffrance endurée par les citoyens et les citoyennes.

Le maire de Québec doit encore participer à l'émission Tout le monde en parle, dimanche soir.

Laisser un commentaire