Le portefeuille d'Hammerson revalorisé à la baisse après une année 2020

Rita-Rosé Gagné
© Hammerson

Hammerson a vu ses revenus locatifs nets chuter de 41% en 2020, à 158 M £ (184,5 M €), alors que son portefeuille est aujourd'hui valorisé à 6,4 Mds £ (7,5 Mds €), contre 8,3 M £ (9,7 Mds €) un an plus tôt. En France, le groupe a enregistré une baisse de 18,1% de ses revenus locatifs à périmètre comparable, à 54,9 M €.

«Comme le fait nos résultats, Hammerson a été durement touché, a commenté Rita Rose Gagné, directrice générale. Le secteur du commerce, déjà en proie à des changements structurels majeurs, a été fortement touché par les restrictions imposées pour lutter contre la pandémie, et nous avons également assisté à un nombre croissant de faillites de magasins. L’ensemble de ces facteurs a la plus forte baisse des revenus locatifs nets et de la valeur des actifs au Royaume-Uni de toute l’histoire du groupe. »

Cette revalorisation à la baisse a notamment entrainé une baisse de -20,9% du rendement en capital, distillée entre ses flagships britanniques (-35,8%), français (-15,3%) et irlandais (-17,5%) ), ainsi que ses retail parks (-23,3%) et sa participation dans Value Retail (-6,2%). Elle explique également en grande partie les pertes IFRS de 1,7 Md £ (2 Mds €). Impactée par la pandémie et les mesures de confinement, la foncière n'est pas en outre récolté que 76% de ses loyers en 2020.

«Notre objectif immédiat en 2021 est de mener Hammerson à la sécurité à travers Covid-19, avance Rita-Rose Gagné. Cela signifie de nouvelles cessions pour renforcer le bilan, gérer le refinancement et affiner nos opérations pour maximiser les revenus. Nous nous concentrons ensuite sur la réalisation de la qualité de nos destinations pour faire avancer l’entreprise. Nous travaillons actuellement à un examen stratégique et organisationnel approfondi qui tracera la voie de la croissance future pour transformer l’entreprise dans un contexte économique et structurel qui restera difficile. »

566 accords conclus avec les locataires français

À fin décembre 2020, Hammerson avait conclu en France 566 accords avec les enseignes, la moitié des accords (en volume de loyer) ayant été conclu avec des contreparties visant à pérenniser l'implantation des enseignes dans les centres (renouvellement, renonciation à triennales…) ). À fin janvier 2021, 81% des loyers et charges 2020 ont été collectés. Le taux d’occupation s’élève à 95,3% au 31 décembre 2020.

«La crise inédite que nous vivons depuis une frappe dans notre secteur particulièrement durement, a commenté Jean-Philippe Mouton, président d’Hammerson France. Dans ce contexte extraordinaire en tous points de vue, notre portefeuille français jusqu’à présent fait preuve d’une grande résilience. Nos centres ont montré leur forte attractivité, tant auprès des enseignes – la commercialisation est restée dynamique – que de nos visiteurs, qui ont répondu présent en nombre lors des périodes d’ouverture complète. »

La fréquentation de ses centres tricolores a enregistré une baisse de 28% en 2020, en ligne avec l’indice national du CNCC (-28,1%). Les centres O’Parinor et Espace Saint-Quentin ont enregistré les meilleures performances du portefeuille, avec une baisse de la fréquentation de 24% en moyenne. À périmètre comparable, le chiffre d’affaires de ses locataires a baissé de 28%.

Projets en développement dans l’Hexagone

Malgré la crise sanitaire et l'interruption des chantiers de construction pendant près de 2 mois au printemps 2020, l'avancée de ses deux projets en développement, l'extension des 3 Fontaines (Cergy) et «Italik», adjacent à Italie Deux ( Paris 13e), s'est maintenue sur un rythme soutenu et sans accuser de retard consécutif supplémentaire.

À Cergy, la livraison aux exploitants de la deuxième étape de l'extension est prévue pour l'automne 2021, permettant ainsi l'ouverture des 72 nouvelles boutiques et de la terrasse événementielle de 5000 m2 regroupant un fitness, des bars, des restaurants et des activités de loisirs début 2022. Dernière étape du projet en 2023, avec l'ouverture d'un pôle de 7 000 m2 dédié aux loisirs indoor et outdoor au sein de l'ex-Cergy 3, racheté en 2017. Au 31 décembre 2020, le coût total du projet est estimé à 403 M €, dont 276 M € d'ores et déjà dépensés. La commercialisation est poursuivie en 2020, avec un taux de précommercialisation de 49% au 31 décembre 2020 (pôle loisirs inclus – hors pôle loisirs: 57%). En prenant en compte les surfaces signées, la commercialisation atteint 65%.

Pour Italik, un projet qui mêlera dès 2021 activités commerciales, culturelles, de restauration et de loisirs sur 6400 m2, les travaux prendront fin à la fin du mois de mars et l'ouverture est programmée en plusieurs phases tout au long de l ' année 2021. Iconik, le nouveau concept de marché alimentaire d'Hammerson, ouvrira notamment ses portes en septembre sur 400 m2, et accueillera, autour d'un bar central animé tout au long de la journée par Enchanté, quatre kiosques de restauration tenus par des enseignes montantes de la street food. Au 31 décembre 2020, le coût total du projet s’élève à 55 M €, 12 M € restant à décaisser pour l’achèvement des travaux. Une promesse de vente de ce projet a été signée dans le cadre de la cession de 75% d’Italie Deux à AXA IM – Real Assets en 2019. Le centre est aujourd’hui commercialisé à 88%.

«La cession début 2021 des parts minoritaires que nous détenions dans Nicétoile et Espace Saint-Quentin à Allianz Real Estate, notre partenaire en joint-venture sur ces deux centres, s’inscrit dans le cadre de notre stratégie …

Laisser un commentaire