Le sursis romand ne durera que jusqu’au 5 janvier, le Jura doit déjà

La «Tribune de Genève» et «24 heures» publient un tableau qui résume les taux de reproduction dans les cantons romands.

Le Conseil fédéral a décidé de ne pas reprendre la main sur les mesures dans tout le pays. Ou, plutôt, il continue de permettre aux cantons qui ont un taux de reproduction du virus en dessous de 1 de décider par eux-mêmes d’alléger les mesures fédérales. Comme l’expliquait «20 minutes» jeudi, ce taux est calculé de manière complexe par des mathématiciens de l’EPFZ et change tous les jours. Le Jura vient de le dépasser, et Genève l’a atteint. Les moins touchés sont Neuchâtel et Vaud, avec 0,92.

Pourtant, dans la dernière version de l’ordonnance du Conseil fédéral publiée ce vendredi, une petite nouveauté: «À partir du 5 janvier 2021, le taux de reproduction applicable est abaissé à 0,90», y allumé. En clair: à moins d'une amélioration soudaine, le 5 janvier, l’exception romande tombera.

Genève, à la limite, reste ouvert

Elle pourrait même tomber plus tôt pour certains. Genève a bel et bien atteint le taux exact de 1.0 (pour la journée du 4 décembre, puisqu’il ne peut être calculé qu’avec 14 jours de retard), mais le verre n’a pas encore sonné. Comme le dit l’ordonnance du Conseil fédéral, le taux doit être supérieur à 1 durant trois jours consécutifs pour que l’exception tombe. Ce n’est pas (encore) le cas à Genève.

Pour l’heure, donc, rien ne changera et les restaurants resteront ouverts. «Le Conseil d’Etat constate ce vendredi après-midi que les conditions pour une exception dans le canton de Genève restent remplies. Il confirme ainsi que les mesures dans le canton restent inchangées », a-t-il écrit en début de soirée dans un communiqué, qu'il se réunira à nouveau lundi pour une nouvelle évaluation.

Jura: c’est fini

En revanche, le canton du Jura a connu une hausse soudaine de son taux, qui s’est fixé, comme dernière valeur, à 1,31. Il était déjà de 1,2 le 3 décembre, et de 1,08 la veille. Selon les règles, son exception à la fermeture des restaurants ne serait plus valable.

En fin d’après-midi, le couperet est tombé: «le canton ne pourra plus bénéficier du statut d’exception permis par la Confédération pour les cantons les moins touchés. Cela signifie que les mesures fédérales s’appliquentont dès le mardi 22 décembre 2020 dans le Jura également », dit le gouvernement jurassien. Les restaurants vont donc devoir fermer leurs portes à nouveau. Les magasins eux, doivent fermer à 19h et les jours fériés.

Ailleurs, un sursis et un nouveau point de situation lundi

La dernière mise à jour des taux devrait par contre donner un peu de lest au canton de Vaud, qui lui aussi approchait le 1 (0,96 le 1er décembre). Son taux est légèrement redescendu pour s’arrêter, au 4 décembre, à 0,92. Pour les autres cantons romands, Neuchâtel est à 0,92, Fribourg à 0,96 et le Valais à 0,97.

Le Canton de Vaud a également décidé de laisser ses restaurants, salles de sport et musées ouverts: «Les mesures d’ouverture restent en vigueur jusqu’au 24 décembre», dit le Canton. Il en ira de même dans le canton de Fribourg, ainsi que dans celui de Neuchâtel, selon RTN.

Le Conseil d’État valaisan a également communiqué que ce qui est ouvert le restera aussi longtemps que possible. «Le Conseil d’Etat suit l’évolution de la situation épidémiologique ainsi qu’au sein des hôpitaux. Il faut toutes les mesures nécessaires le cas échéant », dit-il dans son communiqué.

Une nouvelle concertation entre les cantons est prévue lundi.

«On est un peu dans le flou mais visiblement, ce n’est pas plié. Sur un encore droit à une exception en matière d’ouverture des établissements, côté romand, souffle le président de la Société des cafétiers et restaurateurs de Genève, Laurent Terlinchamp. Je reste dans l’attente d’une prochaine concertation romande sur la question au vu de l’évolution de la situation sanitaire. » Le patron de la faîtière se dit par contre choqué des propositions ce vendredi par le conseiller fédéral chargé de l’économie, l’UDC Guy Parmelin: Elles n’ont pas du tout été à la hauteur des besoins. Notre secteur est en train de mourir. »

Laisser un commentaire