Les médecins lui avaient dit qu'il ne marcherait plus normalement, il de

Ph. Instagram

A 8 ans, les médecins ont diagnostiqué la maladie de Perthes, qui affecte l’articulation de la hanche, à Zachary Jones. Celle-ci lui cause une douleur importante et l’empêche de marcher normalement, mais il a malgré cela réalisé son rêve de devenir professeur de fitness. <! – ->

Le parcours de Zachary Jones est atypique et laisse son songeur. Lorsqu’il avait 8 ans, ce Britannique a dû renoncer à son sport préféré à cause de la maladie de Perthes, qui détruit la hanche chez l’enfant. Cette infection touche un enfant sur 9.000. «C’était incroyablement douloureux, atroce en fait. Je ne peux pas expliquer la douleur. Les médecins m’ont dit que je ne pourrais plus marcher correctement sans souffrir beaucoup, que je ne pourrais plus courir, faire du sport ou du vélo », raconte-t-il.

«C’était déchirant. C’était comme si mon avenir m’avait été enlevé. C’était un tel choc de penser que je n’aurais jamais un avenir actif. Je devais me contenter de jouer aux figurines quand je voulais sortir et jouer. J’ai dû manquer beaucoup l’école et à huit ans, j’étais très sportif. J’aimais le football, je voulais être footballeur comme tous les enfants de cet âge et on m’a dit que cela n’arriverait jamais », continue-il. <! – ->

Une amélioration progressive

Après deux ans en fauteuil roulant et des exercices au quotidien, Zachary a enfin vu des résultats, ce qui l’a motivé à travailler encore plus. Entre 10 et 12 ans, il devait s’aider de béquilles pour marcher et à 16 ans, son état s’était amélioré et le jeune homme a pu se mettre au fitness. «On ne pouvait même plus dire que j’avais une maladie», explique le Britannique.

Désormais, Zachary a fait de sa passion pour le fitness un métier et espère, en racontant son histoire, inspirer d'autres enfants: «Parce que je n'avais pas de bandages ou de coupures, on me traitait de menteur, on me montrait du doigt et c'était terrible. Tout ce que je veux faire maintenant, c’est aider les enfants dans une situation similaire à améliorer leur état comme je l’ai fait. »

Laisser un commentaire