Les salles de fitness à bout de souffle

Les salles de fitness agonisent à petit feu. C’est en substance le message que les propriétaires de salles de sport doivent transmettre aux décideurs. Le constat est sans appel: les salles de remise en forme sombrent dans une crise sans précédent.

Ces établissements font partie des premiers à être à fermer, depuis l'annonce annoncée le 16 mars 2020. Certes, ces activités ont bénéficié d'un répit de quelques semaines (réouverture du 25 juin au 20 août), mais le secteur est aujourd 'hui parmi les plus sinistrés.

«Notre activité n'est pas plus risquée que d'autres qui ont ouvert leurs portes au public», s'indigne Driss Chraïbi, président délégué de l'Association marocaine des professionnels de l'industrie du fitness et de la remise en forme ( AMPIF). Selon lui, le dernier protocole de déconfinement a représenté le «sens d'engagement et le degré de maturité» des salles de sport, qui ont fait preuve d'une grande responsabilité lors de la réouverture (réaménagement des espaces, respect des plannings, des horaires ou encore désinfection très régulière des locaux et du matériel…). «Nous avons travaillé 2 mois, de juin à août derniers, dans le respect total des consignes de sécurité et nous n’avons eu aucun cas d’infection», tient à préciser Chraïbi.

Pour sauver les meubles, les professionnels envisagent une série de mesures. Dans un écrit adressé à plusieurs ministères (Intérieur, Economie, Emploi…), les professionnels sollicitent un soutien de l’État, au même titre que l’industrie du tourisme, afin d’éviter «un vrai désastre économique et social». Parmi les mesures d'accompagnement réclamées, l'exonération de la taxe professionnelle et de la TSC pendant 3 ans, la révision de la TVA à 10%, la subvention de l'énergie ou encore la subvention des salariés au titre même que l «industrie du tourisme.

Avec plus de 10 000 emplois menacés, les propriétaires de salles de sport tentent par tous les moyens d’éviter de mettre la clé sous le paillasson. «Notre situation financière est lourdement impactée et nous pousse directement à la faillite», déplorent les professionnels.

Sur un total de 2.850 salles de sport recensées, employant quelque 17.200 salariés, plus de la moitié (1.750) est aujourd’hui à l’arrêt.

Du sport pour booster son immunité

Des études scientifiques mondiales recommandant de pratiquer une activité physique plusieurs fois par semaine afin de booster son immunité et de lutter contre les maladies représentant un facteur à risque majeur durant cette période de pandémie (obésité, maladies chroniques ou auto-immunes…). La pratique régulière de l’activité physique protectait donc contre les conséquences du Covid-19, notamment les syndromes de détresse respiratoire aigu qui sont au cœur des complications de cette maladie. Une pratique minimale d’activités physiques dynamiques est donc recommandée. Celle-ci correspond à 1 heure par jour pour les enfants et les adolescents, et à 30 minutes par jour pour les adultes.

Aziza EL AFFAS

Laisser un commentaire