Métropole de Lyon. Deux manifestations devant l'Auditorium ce mercredi

Philippe Vieira, restaurateur et directeur de deux salles de danse

Rappelez-vous, le lundi 1er février, dans le cadre du mouvement Ultra Essentiels, Philippe Vieira avait annoncé qu’il allait braver les interdits en ouvrant son établissement, l’espace-restaurant 229 Zola à Villeurbanne. Finalement, les annonces de Bruno Le Maire, selon les restaurateurs qui ouvriraient leurs établissements seraient privés du fonds de solidarité, l’en avait dissuadé.

Malgré tout, l’ancien candidat à la mairie de Villeurbanne avait été envoyé par courrier au président d’Emmanuel Macron pour que «son action de désobéissance civile ne reste pas lettre morte». Il demandait à ce que le chef de l’État fasse davantage confiance aux «Gaulois réfractaires» et aux «procureurs».

«C’est en nous faisant confiance et en nous redonnant le sens de la responsabilité individuelle, que nous vaincrons cette" guerre ", comme tant d’autres gagnées par le passé», précisait-il dans le courrier. Il demandait à ce qu'Emmanuel Macron fasse confiance aux professionnels de la restauration, aux cafés bars, aux centres de danse aux salles de fitness, aux lieux de cultures, aux loisirs artistiques, au milieu du sport amateur, au tissu associatif local, à tout le monde de l'entreprise et du travail… »

Le Collectif Tous au champ de mars

Son engagement ne s’arrête pas là, Philippe Vieira est également directeur de deux salles de danses. Il a créé un Collectif Tous au champ de mars qui organise un rassemblement artistique @tousauchampsdemars à Paris le dimanche 21 mars.

C'est à ce titre, qu'il a décidé avec des membres de son collectif d'attendre, ce mercredi 24 février à 17 heures, la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot devant l'Auditorium de Lyon à l'occasion de la soirée des Victoires de la musique classique.

Philippe Viera parle de la danse en souffrance dans les salles

17H40

La manifestation organisée par "Tous au champ de mars" n'a pas drainé les foules. Mais c'est dans une ambiance très culturelle qu'elle s'est déroulée. Avec des démonstrations de danses diverses, sur fond de musique classique.

A noter, la présence des forces de l'ordre qui quadrillent le secteur.

Le Collectif unitaire 69 avait prévu un 2e rassemblement

Le rassemblement du rassemblement "Tous au champ de mars" devait être suivi, à partir de 18 heures, d'un mouvement organisé par le Collectif unitaire 69 qui a déjà manifesté mardi soir à l'auditorium dans le cadre de la préparation de émission diffusée ce soir sur France 3 et France Musique à partir de 21 heures. Les intermittents du spectacle ayant de nombreuses revendications à faire valoir dans cette crise sanitaire et culturelle. Une délégation est d'ailleurs reçue en préfecture à partir de 18h15.

La manifestation n'ayant pas été déclarée, les forces de l'ordre les ont poussé à renoncer. Ils risquaient de voir infligés une amende pour non-respect du couvre-feu.

Laisser un commentaire