Réouverture des salles de sport: masque, jauge … Ce qui vous attend le

Si les plus jeunes ont pu reprendre le chemin des gymnases et des piscines depuis mercredi 19 mai, les adeptes de musculation et de cours de fitness collectifs doivent encore patienter jusqu'au 9 juin pour retrouver leur salle de sport et reprendre une activité physique avant l «été.

Fermés depuis octobre et la mise en place du second confinement pour lutter contre la deuxième vague de l'épidémie de coronavirus, ces lieux clos vont pouvoir ouvrir au prix de longues tractations entre les professionnels du secteur et le gouvernement. Les discussions ont accouché d'un protocole sanitaire de réouverture publié le 20 mai. "Toutes les instances qui représentent les salles ont travaillé avec nous sur ce protocole de reprise ont validé et appuyé", se félicite le ministère des Sports, joint par RTL.

Parmi les activités les plus pénalisées par la pandémie, les salles de sport veulent croire à un retour à la normale, alors une étude n'a prouvé qu'ils étaient des vecteurs de contamination, contrairement aux arguments avancés par les autorités pour justifier leur fermeture cet automne.

"Avec le protocole mis en œuvre, nous sommes en situation d’accueillir le public en sécurité dans les conditions sanitaires actuelles. Nous entendons évidemment parler des variantes, mais nous ne sommes pas scientifiques. Et il ne faut pas oublier que le sport est aussi un élément incontournable pour développer les défenses immunitaires », souligne Thierry Doll, président du syndicat du secteur France Active-FNEAPL, joint par RTL.

Une jauge limitée à 50% jusqu'au 30 juin

Première mesure: les salles ne pourront ouvrir que une demi-jauge, limité à 50% de leur capacité, Afin de pouvoir faire respecter une distance physique de 2 mètres entre les pratiquants ou assurer le cas échéant une zone de 4m2 par pratiquant. Le gouvernement tablait sur une limitation à 35%, mais les professionnels n'entendaient pas ouvrir dans ces conditions. "Beaucoup serait restés fermés, car ce n'est pas rentable", explique Thierry Doll.

La mise en place d'un système de réservation, comme certaines salles l'avaient proposé avant le confinement d'octobre 2020, ne sera pas obligatoire. "Il incombe à chaque gestionnaire de veiller au bon respect de la jauge", explique le ministère des Sports. Des contrôles pourront être diligentés par les préfets en cas de non-respect, comme pour les terrasses des cafés. Cette restriction devrait être levée le 30 juin pour passer à 100% de la capacité des salles si les conditions sanitaires le permettent.

Le port du masque dans les espaces de circulation

Seconde mesure: le port du masque chirurgical (catégorie 1) dans les zones de flux. Comme jusqu'à cet automne, les pratiquants ne seront pas tenus de le porter durant le temps de pratique mais ils exigent l'avoir sur le nez dans les espaces de circulation entre les équipements, à l'entrée de l'établissement, dans les zones de restauration ou sur le chemin des vestiaires.

Un temps évoqué, le caractère obligatoire du port du masque sportif pertinent de la norme AFNOR n / A pas été retenu, alors qu'un premier modèle sera lancé fin mai par Decathlon. "C'était une demande du syndicat. Les patrons de salles ont dû mettre en place des contrôles pour vérifier que les visiteurs disposent bien d'un masque aux normes. Et nous avons mené des tests qui n’ont pas été concluants sur les efforts à haute intensité car il faut normalement ventiler, comme le précise d'ailleurs la norme AFNOR », explique Thierry Doll.

Présenté en début d'année comme un sésame permettant la réouverture des salles, le masque sportif sera seulement un outil supplémentaire mis à la disposition des sportifs. "Leur usage est laissé à l'initiative des pratiquants, explique le cabinet du ministère des Sports. L'idée est de rassurer un certain nombre de publics frileux à l'idée de revenir faire du sport à l'intérieur". Si la situation sanitaire se dégrade à nouveau, les autorités n'excluent pas de le rendre obligatoire avant d'envisager une nouvelle fermeture des salles.

Nettoyer les machines et aérer les salles autant que possible

Les établissements doivent aussi mettre en place des mesures d'hygiène et mettre à disposition des pratiquants des solutions de gel hydroalcoolique, de magnésie liquide ou des lingettes désinfectantes pour leur permettre de nettoyer les machines après chaque utilisation. La désinfection des mains sera également obligatoire à l'accueil avec une solution de gel hydroalcoolique.

Le protocole sanitaire impose également aux gérants d 'aérer les salles de cours collectifs quinze minutes entre chaque groupe ou de manière permanente si possible. Ils doivent s'engager à assurer une aération naturelle et / ou artificielle des locaux avec des centrales de traitement de l'air avec un apport d'air neuf ou une aération naturelle en continu, via une ouverture au plafond, des baies vitrées ou une VMC .

En revanche, ils ne seront pas pas requis de mesurer la concentration de CO2 à l'intérieur de leurs établissements pour assurer la bonne ventilation de l'air, une piste défendue par certains scientifiques et retenue en Belgique pour la réouverture des lieux fermés. Ces instruments peuvent indiquer lorsque la situation à l'intérieur d'une salle est propice à la concentration des aérosols vecteurs de particules du virus. À partir d'un certain niveau de teneur en CO2, fixé généralement entre 800 et 1.000 ppm, il devient nécessaire d'ouvrir les fenêtres pour renouveler.

"Les professionnels ont conduit des essais cet hiver avec différents appareils. Mais nous avons constaté d'importants écarts de mesure ce qui pouvait faire basculer le taux dans une salle au-dessus ou en-dessous du seuil limite selon l'instrument utilisé. Cela …

Laisser un commentaire