Santé – Une fois la crise sanitaire passée, les adhérents

Le studio Warner a décidé de sortir dix-sept films en 2021 simultanément au cinéma et sur son service de streaming aux États-Unis. À l’instar du cinéma,
le monde de la remise en forme est-il également à un tournant? Le sport à domicile comme le cinéma à domicile?

Depuis quelques années, s’entraîner à la maison fait son chemin dans la tête des sportifs. Soit par l’intermédiaire de coachings à domicile (qui explosent en France et dans le Loiret), soit grâce à des applications. Selon le journal américain Le Washington Post, de janvier à novembre 2020, environ 2,5 milliards d’applis santé et fitness ont été téléchargés dans le monde (chiffres donnés par Sensor Tower, une société d’analyse de trafic). Un bond de presque 50% par rapport à la même période en 2019! Les adhérents ne reviendront-ils pas dans les salles de sport une fois la crise sanitaire terminée?

"Rien ne remplace un coach"

«Je n’ai pas de peur là-dessus», avoue Thomas Doucet, cofondateur de Life Studio, un studio de coaching à Orléans. "Mais il faudra bien gérer ce retour. Je pense que les gens vont avoir du mal à s’engager financièrement sur du long terme. Sachant que leur abonnement pourrait être à nouveau suspendu. Il y aura certainement une adaptation à faire sur l’offre aux clients pour leur permettre de venir. "

Concernant les applis santé et fitness, "le sport à domicile est devenu une vraie alternative à un mode de vie. On est pressé, on n'a pas le temps, etc.. Mais, je ne pense pas que cela deviendra la norme. Rien ne remplace, en terme de motivation, un coach qui vous parle vraiment, une connexion avec la personne qu’on a en face de soi. "

Vanessa Pineau, directrice des deux clubs Energie, à Orléans, est sur la même longueur d’onde: "Les gens veulent revenir à la salle. Pour plusieurs raisons: le côté convivial et le contact leur manquent. On va à la salle pour faire du sport mais également pour côtoyer d’autres personnes, qui ont les mêmes valeurs que nous. Un autre point: malgré tout, à la maison ce n'est pas aussi adapté. Pour les gens qui ont une grande et belle maison, qui ont les moyens de s’équiper, cela peut marcher. Mais, pour la majorité des gens, leur domicile n’est pas adapté. Les sols ne sont pas adaptés, il y a des voisins… Je ne suis absolument pas inquiète. "

Même si elle avoue que "moralement, c’est de plus en plus difficile. Rester positif nous demande de plus en plus d’efforts. Mais on y parvient. On reste soudés avec l’équipe et les adhérents. Sur s’accroche. On ne va pas lâcher maintenant. Parce que je reste convaincue que le plus dur est passé. "

Camille Authié: "On n'est pas pris au sérieux!"

Camille Authié, gérant de L'Atelier Coaching, à Fleury-les-Aubrais. Photo Alban Gourgousse

Camille Authié, gérant de L'Atelier Coaching à Fleury-les-Aubrais, en a assez. Et il le dit. On connaît l’homme. Il n’a pas sa langue dans sa poche. "Les gens ne vont pas revenir dans les salles de sport et s'inscrire comme ça. C'est une hérésie de le penser. On est foutu. Ça va être très compliqué. Ce sont des mois et des mois de perdus qu'on ne pourra pas rattraper. Demain, si les restaurants et les cinémas ouvrent, ils ont du monde. Nous, on n'aura personne! Parce qu'on a été décrié et mis au banc des accusés. Déjà que dans le fitness, on passe pour des cons dans les émissions de télé-réalité, par exemple … À la base, les Français ont une mauvaise image de la salle de sport. On n'est pas pris au sérieux! Si on n'est pas écouté par le gouvernement, c'est à cause de cela. Il faut espérer que le vaccin marche ", viser le coach sportif. "Mais, je pense que tout ne repartira pas avant septembre dans notre métier."

Alban Gourgousse

Laisser un commentaire