Sylvain espère réveillonner avec ses amis… début 2021!

l'essentiel
Le Carcassonnais, professeur de danse, marque d’habitude le passage à la nouvelle année en faisant la fête entre copains. Tradition compromis pour ce 31 décembre 2020… mais peut-être pour quelques semaines seulement.

Sylvain Lourenço est un homme d’action. Professeur de danse et de fitness à Carcassonne, il n'a pas laissé le Covid et les restrictions sanitaires interrompre totalement son activité. "J'ai poursuivi mes cours en distanciel. Lors du dernier confinement, j'ai même eu accès à ma salle pour pouvoir animer mes séances, certes devant un écran d'ordinateur, mais dans un environnement mieux adapté. C'était mieux que chez moi, dans un espace plus restreint et avec le risque de déranger les voisins à cause de la musique. "

S’adapter au contexte

Avec un tel état d’esprit, impossible de rester immobile, de tout arrêter. "J’ai très mal vécu le premier confinement, car je me sentais vraiment privé de liberté", confie-t-il. De fait, on s’en doute, Sylvain n’est pas du genre à se coucher tôt un 31 décembre. Mais cette année, la tradition devra elle aussi s’adapter au contexte.

"Je réveillonne tous les ans avec des amis, confirme l’intéressé. Nous sommes en général une dizaine, et nous nous réunissons chaque année chez l’un ou chez l’autre. Mais là, pour l’instant, nous n’avons rien de prévu. Certains pensent plutôt rester en famille… " Bref, "tout ça pourrait se terminer par un réveillon à deux: ma maman et moi. Tout simplement!" Fidèle à son caractère, Sylvain envisage néanmoins une parade pour augmenter le nombre de convives à minuit… fut-ce à distance.

L’impatient retour à la vie normale

"J’ai quand même échangé avec mes amis pour savoir qui serait disponible afin d’organiser un zoom et de trinquer par écrans interposés. On fait avec les moyens du bord!" Il y va de la nécessité, en faute du contexte, de maintenir un semblant de fête et de normalité. "C'est tout de même une tradition de boire à la nouvelle année et au renouveau, en attendant que ce moment, nous aurions bien besoin de passer à autre chose! Mais bon, pour l'instant, on a le sentiment que 2021 sera un prolongement de 2020… "

Le constat est amer pour Sylvain, qui avoue volontiers attendre avec impatience le retour à une vie sociale normale. "Les cours de danse en ligne sont une alternative, mais rien ne remplace la présence humaine. Le relationnel que je noue avec les gens grâce à mon métier me manque énormément." Et lorsque sonneront les douze coups de minuit, passage du jeudi 31 décembre au vendredi 1er janvier, cette sensation sera sans doute, malheureusement, au rendez-vous des premières minutes de l’année 2021.

Rendez-vous en février?

Pourtant, le Carcassonnais n’a pas encore renoncé à offrir à cette tradition l’insouciance qu’elle mérite… quitte à ce que ce soit avec un peu de retard. D’ailleurs, même en temps normal, Sylvain a coutume de remettre ça à quelques semaines d’intervalle. "On se retrouve en général mi-janvier, dans une grande maison, pour célébrer" le Noël et le jour de l'An des amis ". Sauf que là, nous ne sommes pas une dizaine mais une trentaine, et ils viennent d ' un peu partout! De Corse, du Nord de la France… "

Ces retrouvailles franchement sympathiques pourront-elles avoir lieu en 2021? "On verra si c’est possible. Au pire, on reportera à février!" Ou au-delà? Il serait certes curieux de marquer la nouvelle année au printemps ou en été… Mais après les mois surréalistes qui ont émaillé 2020, cet anachronisme aurait au moins le mérite de symboliser, enfin, le retour à la vie.

Laisser un commentaire