TEMOIGNAGE. "Avant, ma vie tournait autour de l'apéro. A présent, le

Dépendante pendant presque dix ans, Justine a décidé de se faire soigner le jour où elle s'est rendu compte que l'alcool rythmait sa vie familiale. Après avoir suivi un traitement, elle est devenue coach sportive.

Cette année encore, Justine Whitchurch n'enchaînera pas les apéros du midi au soir. L'alcool est un compagnon sournois qui l'a accompagné pendant de trop nombreuses années. Ancienne alcoolique, cette Australienne de 47 ans est abstinente depuis maintenant sept ans. C'est autour de la trentaine qu'elle a pris l'habitude de surmonter chacun des problèmes de sa vie quotidienne à l'aide de ce qu'elle pensait n'être qu'un petit verre inoffensif.

"Mon premier mariage avait été un échec complet. J'avais des problèmes de garde d'enfants et d'argent. Je devais m'occuper de ma fille diabétique. Je n'avais pas du tout confiance en moi, j'étais très angoissée … ", se souvient Justine. Au fil des années, sa consommation a augmenté et, à 39 ans, sa vie entière s'organisait autour de l'alcool, de lever au coucher. "Quand je me réveillais, je préparais les enfants et je les amenais à l'école. Ensuite, quand je revenais à la maison, je buvais quelques verres de vin, je prenais un médicament et je me recouchais."

"Maman, j'ai si peur que tu n'ailles jamais mieux." Les mots de sa fille de 9 ans surviennent à intervenir

Durant cette période, cette maman de deux enfants dormait jusqu'au début de l'après-midi et reprenait quelques verres de vin à l'heure du goûter. "Je buvais ensuite pendant le dîner, en présence de ma famille, puis en cachette, grâce à une bouteille dissimulée dans la maison", confie-t-elle. Justine consomme alors trois bouteilles de vin par jour, agrémentées de quelques shots de vodka pour se rebooster. Jusqu'à cette remarque cinglante de sa fille de 9 ans qui lui fait comprendre qu'elle ne leurre personne. "Ma fille m'a regardée avec des larmes plein les yeux en moi disant: 'Maman, j'ai tellement peur que tu n'ailles jamais mieux.' Ou la seule a choisi qui comptait pendant cette période noire, c'était mes enfants. Sa confession m'a fait l'effet d'un électrochoc. "

Justine décide alors de suivre des consultations thérapeutiques trois fois par semaine pendant un trimestre. Elle comprend que l'alcool est un psychotrope qui l'empêche d'affronter et de soigner ses vraies blessures. "Ces séances étaient prévues sur des thérapies cognitives qui me permettaient de comprendre pourquoi j'étais devenu alcoolique et sur des techniques comportementales pour dépasser mon anxiété."

"Je n'avais plus aucun mécanisme de défense, le fitness m'a réappris à affronter la vie sans béquille"

Sa renaissance est un combat quotidien. Il faut réapprendre à vivre. "Quand l'alcool a été un palliatif pendant une longue période, vous n'avez plus aucun mécanisme de défense. Se rendre simplement au supermarché peut prévoir un obstacle insurmontable. J'ai dû réapprendre à affronter la vie sans béquille." A 40 ans, Justine est fière de fêter son anniversaire et sa sobriété. Elle décide qu'il est temps de prendre soin de son corps et se met en tête de perdre les 17 kg accumulés au fil de ses années de dépendance. Elle s'inscrit dans un club. Elle s'attend à reprendre le sport à reculons, mais elle se découvre une passion pour le fitness!

Les shakers de boisson protéinée remplacent les cocktails et la quadra concourt même à Miss Fitness Australie. Elle a découvert sa voie, elle devient coach sportive et ses photos avant-après sont son meilleur argument publicitaire. Fière de son parcours, elle ne cache pas son ancienne dépendance et organise régulièrement des séances spéciales avec des femmes détenues d'alcoolisme. "On a parfois besoin de faire confiance à un tiers avant de se faire confiance à soi-même. J'apprends à mes clients à briser le cercle vicieux autour de l'alcool. fières. " Un corps sain dans un esprit sain!

Inscrivez-vous à la Newsletter de Closermag.fr pour recevoir gratuitement les dernières actualités

© INSTAGRAM JUSSWITHCHURCH

2/11 –

Justine Whitchurch
Aujourd'hui coach sportive, Justine a réussi à briser le cercle vicieux de l'alcool.

© INSTAGRAM JUSSWITCHURCH

3/11 –

Justine Whitchurch
Sa métamorphose, qu'elle affiche sur les réseaux sociaux, est devenu son meilleur argument publicitaire.

© INSTAGRAM JUSSWITHCHURCH

4/11 –

Justine Whitchurch
Le sport et le fitness ont littéralement changé la vie de Justine.

© INSTAGRAM JUSSWITHCHURCH

5/11 –

Justine Whitchurch
Pour cette Australienne, la crise de la quarantaine s'est traduite par une reprise en main drastique.

© INSTAGRAM JUSSWITHCHURCH

6/11 –

Justine Whitchurch
Quand elle a commencé le fitness, elle pensait qu'elle allait y aller à reculons … Elle s'est tellement passionnée qu'elle a participé à Miss Fitness Australie!

© INSTAGRAM JUSSWITHCHURCH

7/11 –

Justine Whitchurch
Après avoir arrêté de boire, Justine a voulu perdre les kilos qu'elle avait accumulés à cause de l'alcool.

© INSTAGRAM JUSSWITHCHURCH

8/11 –

Justine Whitchurch
Aujourd'hui coach reconnue, Justine est une maman sobre, en forme et heureuse.

© INSTAGRAM JUSSWITHCHURCH

9/11 –

Justine Whitchurch
Désormais, elle apprend une session …

Laisser un commentaire