Une poursuite contre Planet Fitness contre des frais pendant la pandémie de coronavirus

Le procès, déposé jeudi par Antonio Holloway, demande le statut de recours collectif au nom d'autres membres des centres d'entraînement de Planet Fitness. C'est parmi les poursuites similaires intentées contre les centres de fitness à travers le pays.

Dans un article publié le 16 avril sur le site Web de Planet Fitness, le PDG Christopher Rondeau a déclaré que la société avait «gelé de manière proactive toutes les adhésions en votre nom, et vous ne paierez aucun frais pendant cette période».

Une FAQ jointe sur le site Web de la société a reconnu qu'en raison du calendrier des fermetures, certains membres avaient été facturés peu de temps avant la fermeture de certains centres.

"Soyez assuré que vous ne serez facturé aucun jour après la fermeture du club", a indiqué la société. "Nous procéderons à un ajustement lors de votre prochain cycle de facturation lors de notre réouverture."

Vendredi, McCall Gosselin, vice-président directeur des communications de la société, a déclaré: «Nous pouvons confirmer que le plaignant n'a pas été facturé alors que l'établissement local a été fermé en raison de COVID-19, et nous pensons que cette poursuite est sans fondement.»

Le procès dépeint un scénario différent.

Membre de Planet Fitness depuis 2016, Holloway a travaillé dans un centre de Stone Mountain jusqu'à sa fermeture pendant la première semaine de mars. Le 18 mars, le compte bancaire de Holloway a été débité des frais mensuels de 19,99 $ pour son adhésion à la "Black Card", ce qui a donné à Holloway un accès illimité à l'un des centres de fitness de l'entreprise, a indiqué le procès.

<! –

->

Lorsqu'il a tenté de contacter Planet Fitness, Holloway a reçu un numéro de téléphone avec un message indiquant que les installations du centre étaient fermées, sans possibilité de demander un remboursement, a déclaré le procès.

Plutôt que de fournir un service client adéquat pour répondre aux frais collectés à tort, Planet Fitness et ses franchisés "se sont cachés derrière une seule déclaration inexacte sur leur site Web concernant les frais", a déclaré le procès.

COUVERTURE COMPLÈTE: CORONAVIRUS EN GÉORGIE

La poursuite soutient que Planet Fitness devrait être tenue responsable de la rupture de contrat, des violations des lois de la Géorgie sur la protection des consommateurs et de l'enrichissement sans cause.

Les avocats de Holloway cherchent à représenter tous les membres des quelque 1 900 centres de remise en forme de Planet Fitness dans le pays qui ont également dû payer des frais d’adhésion après la fermeture de leurs gymnases. À titre d'alternative, la poursuite demande le statut de recours collectif pour représenter tous les membres de Planet Fitness en Géorgie.

Bien que Holloway n'ait perdu que ses frais d'adhésion de 19,99 $ en mars, l'exposition potentielle à Planet Fitness dépasse 5 millions de dollars si l'affaire reçoit le statut de recours collectif, a déclaré le procès.


Soutenez le vrai journalisme. Soutenez le journalisme local. Abonnez-vous à The Atlanta Journal-Constitution aujourd'hui.
Voir les offres.

Votre abonnement à l'Atlanta Journal-Constitution finance des rapports et des enquêtes approfondis qui vous tiennent informé. Merci de soutenir le vrai journalisme.

Laisser un commentaire