Visites : deux Hilton en guise de nouvelle entrée de la ville

Les hôtels Hilton Garden Inn et Hampton by Hilton de Tours, pièces maîtresses du projet urbain "Porte de Loire". © YAM Studio et ARTE Charpentier Architectes

Posés de part et d'autre de la rue Nationale, une des principales artères de Tours, les nouveaux Hilton Garden Inn et Hampton by Hilton semblent dialoguer sur le futur touristique de la ville, encore plus prometteur depuis leurs ouvertures le 30 juin dernier. Développés par le groupe Naos et arborant deux marques en plein essor en France, ces établissements s'ajoutent une nouvelle dimension à l'offre hôtelière de la ville. Avec ces deux enseignes, Tours renforce en effet son attractivité, notamment vis-à-vis des touristes étrangers pour qui le groupe américain reste une référence. Mais, grâce à eux, les voyageurs d'affaires de passage find aussi de nouveaux points de chute, tout à fait dans le ton de l'hôtellerie actuelle.

A la fois design et fonctionnels, parfaitement insonorisés, les hôtels déclinent des palettes de tons tirant sur le bleu pour le Hampton et sur le rose et le pastel pour le Hilton Garden Inn. Les deux établissements partagent la même idée d'un cadre accueillant et contemporain, renforcé par un « lobby bar » au Hampton – avec une offre de snacking toute la journée – et par le concept Babette au Hilton Garden Inn. Un restaurant axé sur une alimentation saine à dominante locale et qui se couple d'un concept-store où acheter une sélection d'objets et de vêtements conçus par des marques « responsables ».

Une localisation idéale, à côté du centre historique

Par delà ces atouts, ce duo d'hôtels est surtout situé à deux pas du centre historique classé à l'Unesco et à un quart d'heure à pied de la gare, et même encore moins en tram. Une localisation idéale pour pouvoir apprécier, après une journée de rendez-vous ou de réunion, le charme de Tours et de ses rues bordées de maisons médiévales et Renaissance. D'autant que jusque là, l'offre hôtelière « affaires » de Tours était essentiellement concentrée autour de la gare et de son palais des congrès qui, sans être très éloignés du cœur historique, n'en sont pas moins plus éloignés que les Hilton Garden Inn et Hampton.

A proximité du hub ferroviaire, les voyageurs d'affaires pourraient notamment trouver des noms bien connus tels que des Novotel, Mercure et Ibis du groupe Accor, mais aussi l'établissement historique de la ville, l'Océania Hotel de l'Univers, ouvert en 1846, ou encore un établissement indépendant, le Grand Hôtel. Pour la plupart certification de salles de réunion, ces établissements voient aujourd'hui apparaître une nouvelle concurrence, puisque le Hilton Garden Inn dispose également de trois salles modulables disposant des dernières technologies et pouvant recevoir de 10 à 40 personnes.

Pour autant, ces hôtels sont également complémentaires. Avec une capacité cumulée, Tours va pouvoir se positionner sur de plus grands événements alors que la ville avait tendance à afficher rapidement complet en période de congrès. Son offre s'est ainsi enrichie des 70 chambres du Hampton by Hilton – de 15 m2 à 25 m2, de belle taille pour un établissement économique – et des 100 chambres pour le Hilton Garden Inn, dont 30 Deluxe, trois suites et une suite présidentielle . Des chambres qui, toutes, proposent une literie confortable et sont agrémentées de machine Nespresso et/ou de théière, de TV écran plat, de douche à l'italienne, ainsi que de fer avec table à repasser. A noter également que, si le Hampton dispose d'un espace fitness individuel, le Hilton Garden Inn propose à ses clients une salle bien plus étoffée en matière de remise en forme.

Les deux propriétés du groupe Naos ont donc une vocation touristique évidente. Mais leur ouverture revêt une dimension urbanistique encore bien plus importante. Avec leur décor affrontant celui des bâtiments voisins, conçu dans les années 1950 par l'architecte Pierre Patout, ils s'inscrivent dans un vaste projet initié dès 1999, celui du réaménagement de la rue Nationale. Longtemps encombrée de voitures, cette ancienne section de la RN10 s'est progressivement tournée vers la mobilité douce avec l'inauguration en 2013 d'un tram conçu par Daniel Buren, et une priorité donnée aux vélos et piétons sur le pont Wilson.

Porte de Loire, un projet phare pour Tours

Dans la foulée de l'arrivée du tramway, la municipalité a impulsé la réhabilitation du haut de la rue Nationale pour en faire un quartier attractif avec des hôtels, mais aussi des logements et des lieux de culture comme le Centre de Création Contemporaine Olivier Debré, inauguré en 2017. Chantier phare, le projet, rebaptisé « Porte de Loire », un comme toujours connu des retards. Mais, aujourd'hui, les deux hôtels du groupe Hilton participent à faire de la rue Nationale à la fois une nouvelle entrée sur la ville et un point de liaison vers le fleuve, la verdure de ses rives, les guinguettes qui la bordent.

Alors que plusieurs tendances lourdes encadreront le redémarrage des séminaires et incentives – le grand vert, la culture, la proximité de Paris -, Tours en général, et ces deux hôtels en particulier, ont sans nul doute une carte à jouer pour séduire les organisateurs. A une heure de TGV de la capitale, la ville offre une multitude d'activités qui peuvent facilement agrémenter une rencontre d'entreprise. Par exemple, une balade commentée sur la Loire proposait par la compagnie Boulavant, très instructif sur le rôle commercial joué par le fleuve, sa navigation alors que le niveau de son cours n'est pas canalisé, sa qualité environnementale qui tend à s'améliorer .

Bien évidemment, la visite du centre historique, de la cathédrale Saint Gatien à la place Plumereau, est un incontournable. Mais les groupes peuvent aussi pousser plus loin pour la visite du château de la Loire le plus proche, celui…

Laisser un commentaire