Vosges. Saint-Nabord: un circuit running et espace fitness outdoor sur

Faire du site des Perrey un lieu de détente, de sports, faisait partie des promesses de campagne du candidat Jean-Pierre Calmels. Aujourd’hui élu, avec son équipe, il s’emploie à mettre sa promesse à exécution. Les choses se font au fil des ans. Au terme de son mandat, tout devrait être réalisé.

Pour cette année 2021, quatre aménagements sont prévus: la création d'une base de départ de circuits VTT avec quatre distances et un circuit pédagogique de 5 km, d'une autre de départ de circuits de randonnée, circuit running d ' une longueur de 1 500 m, borné avec les distances parcourues et stabilisé pour un meilleur confort de parcours dans un cadre champêtre puis un espace fitness outdoor équipé de rameur, steppeur, vélo elliptique… Pour les premiers points, les choses sont d'ores et déjà bien engagé le projet du dernier a récemment fait l'objet d'une concertation entre élus. Julien Balland, premier adjoint en charge des sports et porteur du projet, leur a présenté les d’offres reçus de diverses entreprises ayant répondu à l’appel lancé par la municipalité.

Le matériel et savoir-faire français privilégiés

Quatre prestataires de toute la France ont répondu favorablement pour la vente et l'installation de cinq machines à fitness mais aussi pour la fourniture et la pose de matériel urbain tel que poubelle, bancs, balustrade de 16 m pour entourer le site, panneaux d ' affichage avec notice d'utilisation des différents appareils. Les offres reçues variant de 18 000 € à 28 000 €. Trois d’entre eux se sont avérés légèrement moins-disants, mais tout ce qu’ils proposent est conçu et fabriqué en Chine tandis que la quatrième, la société Husson d’Alsace conçoit, réalise et installe tout elle-même.

À l’unanimité et fidèle à la volonté de la municipalité, d’agir pour l’environnement, les élus ont opté pour cette dernière. «Il faut penser au bilan carbone et l'on n'est pas obligé de succomber aux diktats de ce pays qui ne respecte rien», a lancé Didier Bégel tandis qu'Annie Montésinos ajoutait: «On a un devoir moral de faire travailler une entreprise française. »Patrick Seidenglanz renchérissait:« Il faut privilégier le circuit court local. »« Il ne me reste plus qu’à relancer ce fournisseur pour essayer de tirer les prix », dit Julien Balland qui compte bien jouer sur le fait que dès 2022, il aura encore besoin de matériel pour aménager l’espace enfant.

Laisser un commentaire